Nous sommes le :
Dernière mise à jour : 16 mai 2016

Bénin icone_Bénin Nos partenaires icone_Bénin Pratique icone_globe Divers icone_pratique

Titre Ations 2010
 
Autre(s) page(s) en rapport avec ce sujet : Actions (2003) - (2004) - (2005) - (2006) - (2007) - (2008) - (2009) - (2011) - (2012) - (2013) - (2014) - (2015) - (2016)



Titre Une fête réussie

 


Pour un essai, ce fut un double coup, de maître pour son éclatante réussite… et aussi de tonnerre en guise de final !

Par ce lumineux dimanche de juillet, près d’une soixantaine d’adhérents et de sympathisants de « Amitié France-Bénin » s’étaient réunis pour faire la fête, une fête champêtre, en toute simplicité. Parce que c’est l’été, qu’en été on apprécie beaucoup s’amuser entre amis et connaissances de bonne compagnie, bien sûr et ce n’est pas rien, mais la motivation première restait quand même de la part de chacun un acte de soutien à la belle et noble cause qui est celle de notre association.

Ah, quelle fête ! Une fête placée à bien des égards sous le signe de la chaleur. A commencer par celle, quasiment caniculaire, dispensée par l’astre solaire. Fort heureusement, les grands arbres bien touffus du Ranch des 3 Cloches, à Lavérune, prodiguaient généreusement leur ombre douce et bienfaisante sur le théâtre des opérations.

Ceux qui sont arrivés parmi les premiers ont pu surprendre le traiteur « maison », Alex, dans ses œuvres. Depuis les premières heures de la matinée il était à pied d’œuvre. Il avait apporté un gros tas de pieds de vigne, un mouton de belle taille, un grand sac de moules, et surtout la légendaire sauce de sa fabrication dont il garde jalousement le secret, laquelle a servi à arroser et parfumer si délicieusement ces mollusques. Il était équipé de tout un indispensable attirail hétéroclite, assez bizarre aux yeux des néophytes.

Déjà un grand feu parfaitement domestiqué commençait à faire délicatement dorer le mouton embroché, bras en croix, dont l’odeur suave embaumait l’atmosphère, aiguisant par là même les appétits et laissant présager qu’il ne resterait pas pour les chiens beaucoup de restes. Ce qui s’est confirmé par la suite.
Pas moins de cinq heures devant le brasier, à l’entretenir, à surveiller la cuisson, à badigeonner cette chair tendre pour qu’elle reste moelleuse, etc.
Chaleur encore. Tout un art et une science qui n’en ont pas l’air et qu’a parfaitement maîtrisés le maître-queux Alex.

Petit à petit les convives arrivent, d’un pas tranquille et nonchalant… accueillis avec sourire et un petit mot gentil prononcé par le grand maître de cérémonie et président de l’association, René Ahivi, en grand costume béninois d’apparat.

Sympathiques retrouvailles, colorées, éclats de voix et francs rires, embrassades, aiguisage des langues, convivialité, camaraderie.
Chaleur toujours. En somme une ambiance du tonnerre (celui-là on ne peut décidément pas l’oublier – pardon pour la répétition – puisqu’il n’a pas manqué, hélas ! de se rappeler à notre bon souvenir un peu plus tard). En attendant c’est la sono sur batterie de René qui ajoute encore un peu plus d’animation par les musiques béninoises qu’elle laisse entendre à la cantonade.

 
   
 

En cours d’apéritif, amuse-gueule d’une main et pastisson de l’autre, cette satanée chaleur monte encore d’un cran. Non pas qu’il y ait des excès, mais parce que c’est le moment le plus naturel pour que se manifeste une familiarité de bon aloi, le moment où tombent la timidité, l’appréhension à discuter avec quelqu’un qu’on ne connaît pas bien, où tout le monde se sent davantage à l’aise. Mais il faut bien l’avouer aussi, moment où les voix profèrent quelques décibels supplémentaires !
Faute à la chaleur sans doute.

Eh bien justement ! « Chaud devant » ! C’est ce cri, lancé par Alex débarquant près des tables les bras chargés d’un grand plateau de moules fumantes et odorantes prêtes à être dégustées, qui stoppe net les conversations. Tout le monde se retrouve instantanément amassé debout autour des tables, à lécher les coquilles à n’en plus pouvoir, de même que ses doigts, sans vergogne et surtout sans aucunes manières, pour ne pas perdre une miette, ou plutôt une goutte de la divine sauce. Quel tableau !

 
   
 

Les bouchons des bouteilles de vin blanc et rosé sautent joyeusement, les gobelets se remplissent, les gosiers assoiffés les éclusent sans mollir.
Une fois encore l’association AFB remercie le Domaine de Mujolan, de Fabrègues, pour l’aide substantielle qu’elle lui a apportée en offrant généreusement de nombreux flacons de ce précieux et si apprécié liquide.

Il est déjà 14 heures au moment de passer à table. Victoire s’agite et papillonne de l’un à l’autre pour régler les menus problèmes qui se présentent toujours en pareille circonstance. Alex et sa compagne Christine, aidés par Danielle, s’activent, eux, autour du mouton, cuit à point, et le découpent en morceaux. Déjà le grand plat de service circule de main en main avant que son contenu ne circule de main en bouche.

Les conversations, qui avaient repris du poil de la bête l’instant d’avant, cessent de nouveau et maintenant seuls dominent des bruits de mandibules accompagnés de « Mmmmm, que c’est bon ! » fusant ici et là.
Et cette fois ce sont les bouteilles de vin rouge, également offertes par le Domaine de Mujolan, qui entrent en danse. Que du bonheur !

 
 
C’est le moment que choisit le président René Ahivi pour taper un grand coup dans ses mains afin d’attirer l’attention sur les quelques paroles qu’il va prononcer de sa voix tonitruante. Que se passe-t-il donc ? Rien de grave, au contraire, il renouvelle simplement la bienvenue à chacun et le remercie d’avoir répondu présent à l’appel d’AFB.
         
Bouton suite

 

Date création du site : 28/02/2003 ©2007-2016 Association Amitié France-Bénin Mentions légales