Le Bénin en 1 clic

Autre(s) page(s) en rapport avec ce sujet :
Le Bénin en
2 clics  Le Bénin en 3 clics

Les grands traits de la civilisation

Le Bénin, terre d’accueil et de chaleur humaine, se signale de plus en plus au plan international par son riche patrimoine culturel. Il attire ainsi beaucoup de curieux.
Il offre, de par ses richesses naturelles et culturelles, une variété d’activités sur une multitude de sites touristiques :
• les parcs nationaux ;
• les chutes, cascades, piscines et grottes naturelles ;
• les sites panoramiques, chaînes de collines et de montagnes ;
• les palais royaux et villes historiques ;
• les sites archéologiques ; etc.

En dehors des sites, il y a les Musées

Les musées au Bénin sont les vestiges de la culture ou les témoins de notre civilisation. Ce patrimoine historique et artistique, légué par les ancêtres, conservé et transmis d’âge en âge.
Aujourd’hui, on distingue ceux d’Abomey, de Porto-Novo et de Ouidah.

Le musée historique d’Abomey

Il est fondé en 1945. Il est le premier musée du Bénin et le plus connu à l’extérieur. Il est installé dans une partie des palais des anciens souverains du célèbre royaume du Danhomè.
Ce musée contient et présente des collections originales et authentiques de productions d’objets royaux. Il s’agit de trônes des rois et sièges des reines, bijoux princiers, armes, tenues de guerre ou d’apparat, sculptures en bois ou recouvertes de métal, tentures… On y retrouve aussi les scènes historiques matérialisées dans les bas-reliefs en terre rouge qui ornent les façades des salles d’exposition ; les tombeaux de rois aux portes basses ; les instruments de guerre et de conquête du royaume.
Le musée d’Abomey est animé par des cérémonies rituelles périodiques au cours desquelles divers objets muséaux reprennent vie et leur pleine signification.

Le musée ethnographique de Porto-Novo

Il est constitué en 1962. Il présente des masques Guèlèdè provenant de Sakété et de Pobè. On y retrouve aussi des échantillons d’instruments de musique, d’armes, d’outils aratoires et des ateliers de forgeron, une panoplie d’éléments divinatoires exposés dans la salle consacrée au FA ou IFA.

Le musée Honmè de Porto-Novo

Il est un musée de style yoruba, aménagé dans la maison même des rois de Xogbonou (Porto-Novo).
Le musée Honmè est un vaste ensemble architectural constitué par une succession de cours intérieures à impluvium qui résument, rappellent et prolongent l’histoire du royaume et particulièrement celle de son dernier souverain, le roi Toffa 1er.
Il sert de cadre à des séances d’animations culturelles.

Le musée historique de Ouidah

Il est situé dans l’ancien Fort Portugais. Le Port de Ouidah ayant été un des principaux points d’embarquement des esclaves noirs vers les Amériques et les Caraïbes, ce musée doit sa création à l’histoire, la traite négrière et la culture de la diaspora africaine au Brésil, à Cuba et en Haïti en particulier, ainsi qu’aux influences culturelles des Créoles afro-brésiliens ou afro-cubains sur les populations autochtones depuis leur retour à la fin du XIXe siècle.

Autres sites

Le Bénin dispose d’autres sites attrayants tels que :
– le belvédère de Bopa ;
– Ganvié, la Venise africaine ;
– la lionne couchée de Bètècoucou ;
– la chaîne miraculeuse de Kaboua ;
– les sources thermales ; etc.
Le Bénin, terre d’une brillante civilisation, se caractérise aujourd’hui par ses avancées remarquables dans le domaine de la démocratie.

La Démocratie béninoise et ses atouts

L’organisation politique de la République du Bénin se fonde sur la constitution, loi suprême qui fixe les droits et les devoirs de l’État et du citoyen ainsi que l’organisation et le fonctionnement des pouvoirs publics.

La constitution du 11 décembre 1990

Rédigée après la Conférence Nationale des Forces Vives de février 1990 et adoptée par Référendum le 02 décembre 1990, la Constitution de la République du Bénin comprend un préambule qui proclame l’opposition du peuple béninois à tout régime fondé sur l’arbitraire, la dictature, la confiscation du pouvoir et le pouvoir personnel. Il réaffirme sa résolution à créer un Etat de droit et de démocratie pluraliste dans lequel les droits fondamentaux de l’Homme, les libertés publiques, la dignité de la personne humaine et la justice sont garantis, protégés et promus. Ce préambule rappelle également l’adhésion du Bénin aux principes de Droits de l’Homme de 1948 et la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples adoptée en 1981 par l’OUA et ratifiée en 1986 par le Bénin.
La Constitution béninoise est subdivisée en douze (12) titres comprenant cent soixante (160) articles. Le texte intégral est présenté sous forme de plaquette disponible dans toutes les librairies du Bénin.
Elle consacre une grande partie aux fonctions du Président de la République, Chef de l’État, Chef du Gouvernement. Ainsi, le Chef de l’État incarne l’unité nationale. Élu pour une période de cinq ans (renouvelable une seule fois) au suffrage universel direct, il conduit la politique de la nation et est le Chef suprême des Armées. Ses fonctions sont incompatibles avec l’exercice de tout mandat électif, de tout emploi public, civil ou militaire et de toute activité professionnelle.

LES INSTITUTIONS DE LA RÉPUBLIQUE

L’Assemblée National

Le Parlement béninois est constitué d’une seule chambre dite Assemblée Nationale composée de 83 députés. Il siège à Porto-Novo et a pour rôle essentiel de voter les lois et de contrôler l’action gouvernementale.
Les députés sont élus pour une période de quatre (04) ans au suffrage universel direct (scrutin de liste départementale à un tour avec représentation proportionnelle).
Le candidat à la députation doit avoir au moins 25 ans, être de bonne réputation et appartenir à un parti politique.
L’Assemblée Nationale se réunit de plein droit chaque année en deux sessions ordinaires (première quinzaine d’avril, deuxième quinzaine d’octobre). La durée de chaque session ne peut excéder trois mois.
Des sessions extraordinaires peuvent être convoquées par le Président de l’Assemblée à la demande du Président de la République : chacune d’elles ne peut excéder quinze jours.

La Cour Suprême

La plus haute juridiction de l’État en matière administrative et judiciaire, la Cour suprême est également compétente pour connaître du contentieux des élections locales.
Son siège est à Cotonou. Il est envisagé de le transférer à Porto-Novo, la capitale, où un nouvel immeuble est déjà érigé pour l’accueillir.

La Cour Constitutionnelle

Elle est chargée de veiller au respect de la Constitution. Ses sept membres sont nommés, à raison de quatre par le bureau de l’Assemblée Nationale et trois par le Président de la République. Leur mandat est de cinq ans, renouvelable une seule fois.
La Cour Constitutionnelle se prononce sur la conformité des lois et décisions réglementaires à la Constitution. En cas de contestations lors de l’élection du Président de la République ou d’un Député, elle est juge et peut annuler une élection. Elle veille à la régularité des opérations de référendum et proclame les résultats. Sa compétence s’étend également au règlement des conflits d’attributions entre les institutions de l’État.
Les décisions de la Cour Constitutionnelle ne sont susceptibles d’aucun recours.

La Haute Cour de Justice

La Haute Cour de Justice est une juridiction spéciale composée des membres de la Cour Constitutionnelle (à l’exception de son Président), de six (06) Députés élus par l’Assemblée Nationale et du Président de la Cour Suprême. Elle est compétente pour juger le Président de la République et les membres du Gouvernement en cas de haute trahison et leurs complices en cas de complot contre la sûreté de l’État.

Le Conseil Économique et Social

Il donne son avis sur les projets de lois, d’ordonnances ou de décrets à caractère économique et social intéressant le pays. Ses membres représentent les organisations syndicales ouvrières et patronales.
Le Conseil Économique et Social est une Assemblée consultative composée de personnalités concourant, par leur compétence et leurs activités, au développement économique, social, culturel, scientifique et technique de la nation.

La Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication

Elle a pour mission de garantir et d’assurer la liberté et la protection de la presse et de tous les moyens de communication de masse, dans le respect de la loi.
Elle veille également au respect de la déontologie en matière d’information, et à l’accès équitable des partis politiques, des associations et des citoyens, aux moyens officiels d’information et de communication.

Perspectives

Le dynamisme de ce système institutionnel intégré induit une régulation des pouvoirs républicains et un fonctionnement de plus en plus amélioré de la démocratie béninoise.
En dehors de ces structures qui témoignent de la vitalité de sa démocratie, le Bénin travaille à consolider ses acquis à travers deux (02) grands projets que sont :
– le médiateur de la République
– l’amélioration du système électoral béninois.

Le médiateur de la République

Le médiateur est une personnalité de l’État béninois chargé d’assurer la médiation entre le citoyen et les diverses structures de l’État, à travers des actions et des activités concourant à créer et à entretenir la transparence dans les relations citoyen État.

La LEPI

Face à la problématique de la transparence des élections depuis 2004 et au coût très élevé de celles-ci, le gouvernement béninois a proposé de mettre en place un instrument et un mécanisme en vue de régler substantiellement les contestations et maîtriser les coûts.
La LEPI apparaît comme une liste exhaustive et fiable de tous les Béninois ayant le droit de vote. Elle est une matrice d’information sur les électeurs, élaborée dans le sens d’une gestion des informations réutilisables sur plusieurs années, grâce à une mise à jour permanente.
Elle vise, entre autres objectifs, l’établissement d’un registre de population fiabilisé, sécurisé et d’un dispositif législatif et réglementaire plus cohérent qui améliore le système électoral.
Les citoyens béninois ne peuvent et ne sauraient réaliser ces ambitions démocratiques sans une économie forte et ouverte sur le reste du monde.

Suite

AMITIÉ FRANCE-BÉNIN est une association humanitaire en faveur des couches défavorisées de la population Béninoise.

Translate »